Accueil Consultations Cours Ateliers Articles Contacts
Tristan 
Saint-Jean

Astrologue

Astrologue

Étude astrologique d’une crise annoncée (suite)

Afin de  reprendre l’image du tsunami financier de mon précédent « Billet d’Humeur », je citerai deux économistes :

« Ce ne sera pas un krach, mais un tsunami océanique  de dimension planétaire qui balaiera tout sur son passage et aura, pour conséquence, l’effondrement total du Système.» (Adieu l’argent-roi. Place aux héros européens ! Critique de la civilisation de l’argent. Apologie de l’héroïsme, éd. Godefroy de Bouillon, Septembre 2016, Marc Rousset)

"Si nous ne faisons rien, nous aurons un tsunami financier avant fin 2020." (Georges Ugeux -  Ancien vice-président de la Bourse de New York)

Mon discours ne relèvera pas d’un pessimisme ayant pour effet de provoquer une quelconque peur. Les chiffres économiques et financiers démontrent le niveau de danger intenable atteint à ce jour. La dette mondiale nous place planétairement dans une zone de risque ou tout est possible.

Mais, revenons à la source : la crise financière de 2008-2010. Pour sauver des banques privées, les états ont décidé de s’endetter. Les Banques Centrales du monde entier, ont alors fait marcher les planches à billets pour injecter des milliers de milliards de Dollars ou d’Euros dans le système financier mondial. Cet argent, en plus de créer une dette mondiale gigantesque, n’a été que très peu investi dans l’économie réelle pour rester essentiellement dans les flux boursiers, gonflant ainsi de nouvelles bulles financières colossales. Leur intervention n’a pas permis d’assainir le système, au contraire des éléments de fragilité se sont maintenus ou ont augmenté.

De nombreux économistes et spécialistes financiers sont tous d’accord sur la venue de cette crise, mais ils ne s’accordent pas vraiment sur sa datation :

- « Le système financier mondial est une bombe à retardement. La question n'est pas de savoir s'il va exploser, mais quand il va exploser. » (Source : Truthdig, Chris Hedges, 10-09-2018)

- En 2018, Bernard Arnault, lors d’une interview au Figaro, a déclaré : « Il n’y a pas eu de crise mondiale depuis plus de dix ans. Cela ne va pas durer. Dans les cinq ans qui viennent, une crise surviendra. »

L’astrologie pourrait alors permettre d’avancer des dates. L'observation des marchés boursiers, et leur mise en relation avec les signes astrologiques comme les différents aspects entre planètes, apporte deux informations importantes :

- le passage d'une planète « lente » dans un signe de Terre (Banques, finances, assurances…) donne un premier repère, mais sans que cela soit déterminant dans les effets à en attendre,

- les aspects entre planètes sont en revanche tout à fait déterminants dans les grandes conséquences.

L’année 2020 semble être potentiellement l’année du déclenchement de cette crise tant les phénomènes astrologiques sont exceptionnellement nombreux en Capricorne (l’on pourra noter également la présence d’Uranus en Taureau).

La configuration annuelle peut être découpée en plusieurs éléments :

 la conjonction du Soleil, de Saturne et de Pluton qui se déroulera le 13 janvier 2020 en Capricorne,

–  les conjonctions entre Jupiter et Pluton, de février à décembre 2020 en Capricorne. Trois rencontres exactes se feront : le 5 avril, le 30 juin et le 12 novembre 2020,

–  les conjonctions entre Jupiter et Saturne, de février 2020 à mars 2021 en Capricorne et en Verseau. Une rencontre exacte se fera : le 21 décembre 2020,

–  Mars se joindra, en mars 2020, à Saturne et Pluton en Capricorne, avec une amplification de Jupiter : moment délicat... (Les planètes « rapides » déclenchant souvent des évènements en passant sur les conjonctions des « lentes »). Gardons à l’esprit la nature radicale du contact par conjonction de Saturne-Pluton-Mars, inflexible et qui tranche dans le vif sans ménagement. A travers cet aspect, il est question d’une dureté et d’une détermination que rien n’arrête,

–  enfin, Uranus en Taureau depuis 2008 s’associe à ces changements : de façon simplifiée, cela signifie de l’inattendu dans le domaine financier. Uranus paraît d’autant plus apte à s’exprimer que l’avidité (un symbole Taureau) règne et que le système financier est malade : les banques continuent à spéculer, les banques centrales (privées) créent de la monnaie, l’endettement augmente, etc… avec son cortège de faits soudains et déstabilisants, les bouleversements engendrés par Uranus pourraient faire voler en éclat les repères habituels.

Cette globalité astrologique témoigne d’une échéance et d’un processus de renouveau. Les différentes positions planétaires en signes de Terre  proposent de changer les choses. Le cycle réformateur Saturne-Pluton annonce que certains systèmes, la sphère administrative avec Saturne et le système financier avec Pluton sont devenus obsolètes. Le contexte se présentera avec des conjonctions, qui par leur principe de destruction en vue d’une rénovation (Pluton) nous précipiteraient dans « l’Ere du Verseau ».


Tristan Saint-Jean
Article paru le 1
er juillet 2019 dans « La Gazette des Astrologues » (FDAF)